La Fédération Française du Bâtiment des Pays-de-la-Loire est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

La FFB, toujours à vos côtés !

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Actualité

Conjoncture à mi-mars 2021

Le 23 mars 2021
Le bilan 2020 du logement neuf ressort finalement pire qu’attendu. 

 

De fait, les mises en chantier et permis abandonnent respectivement 9,3 % et 14,7 %. Le volume des logements commencés ressort à seulement 351 000, niveau inférieur de près de 10 000 unités à la moyenne observée depuis 1986. De plus, en glissement annuel sur trois mois à fin janvier 2021, la dégradation perdure, avec des ouvertures de chantier et autorisations qui se replient respectivement de 13,1 % et 9,1 %, l’individuel résistant toujours bien mieux que le collectif. À l’amont de la filière, les ventes des promoteurs chutent de 24,1 % en 2020, sans rebond sur le second semestre. Seules les ventes dans l’individuel diffus résistent, à +4,3 % en glissement annuel sur trois mois à fin janvier 2021. En conséquence, pour 2021, nous maintenons notre prévision d’un recul de 12,6 % des logements commencés, qui tomberaient, sur la base des chiffres officiels révisés, à seulement 307 000 unités, niveau rappelant dangereusement l’entrée en crise du début des années 90.

Le tableau relatif au non résidentiel neuf ressort plus mauvais encore, les surfaces commencées et autorisées s’effondrant respectivement de 16,3 % et 19,2 % en 2020. Seuls 23,8 millions de m² sont sortis de terre, plus de 8 millions en deçà de la moyenne de long terme. Plus récemment, en glissement annuel sur trois mois à fin janvier 2021, les surfaces mises en chantier et autorisées abandonnent encore respectivement 21,4 % et 15,6 %. Tous les segments participent de ces baisses, hors l’hôtellerie dont les surfaces commencées se stabilisent quasiment, mais à très bas niveau. L’année 2021 s’annonce donc également très compliquée ici, avec seulement 22,4 millions de m² de surfaces commencées, un plancher jamais atteint depuis 1986.
Le recul de l’amélioration-entretien s’avère plus contenu, à -8,2 % en volume sur 2020. Même si le quatrième trimestre déçoit un peu, l’activité chutant encore de 2,0 % en glissement annuel, on relève la bonne résistance de la rénovation énergétique qui s’est stabilisée. Du coup, elle ne se replie « que » de 5,2 % en 2020. Et si les perceptives d’activité pour le premier trimestre peinent à s’améliorer, les effets de « France relance » devraient commencer à se faire sentir.

Grâce aux puissantes mesures de soutien prises rapidement et au succès du déconfinement dans le bâtiment, la baisse de l’emploi se limite à 2 900 postes en 2020 (-0,2 %), les 22 300 salariés de plus compensant une bonne part des 25 200 postes intérimaires (ETP) perdus. Les perspectives restent globalement bien orientées sur le début 2021, mais se dégraderaient ensuite du fait du choc sur le neuf.

Enfin, les trésoreries des entreprises se sont clairement améliorées sur la fin 2020, mais il n’en a va pas de même pour les marges. Pour l’avenir, les perspectives de prix bâtiment restent déprimées, constat d’autant plus préoccupant que les prix des matériaux s’envolent depuis le début 2021. 

 

 

Lire l'intégralité de la note de conjoncture (.pdf)

Lire le discours d'Olivier Salleron - conférence de presse (.pdf)

Voir les chiffres Présentés lors de la conférence de presse (.pdf)

 


Le 23 mars 2021