La Fédération Française du Bâtiment des Pays-de-la-Loire est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

La FFB, toujours à vos côtés !

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Presse

Bâtiment : les mises en chantier ont ralenti en 2020

Le 23 décembre 2020

Si la rénovation et l’entretien « tournent » bien, la mise en chantier de nouveaux bâtiments, notamment industriels, est à la peine. Les entreprises du bâtiment ligériennes, qui terminent l’année « rincées », s’en inquiètent.

Beaucoud’entreprises du bâtiment terminent cette année 2020 « rincées ». « La crise du Covid-19 a rendu les chantiers, après un arrêt total, plus longs et plus compliqués, entraînant aussi un impact sur les coûts, les pénalités de retard. La rentabilité de nos chantiers en a pris plein le nez », explique Régis Rousseau, président de la FFB (Fédération française du bâtiment) des Pays de la Loire. Si le secteur affiche un bilan positif côté rénovations et entretien, il est plus douloureux côté programmes neufs.

« Le bâtiment vit sur la confiance des gens dans l’avenir. » Ces quelques mots de Christophe Marchand, de la FFB Mayenne, résument la situation. Difficile de se projeter dans le futur avec le Covid. Ainsi les mises en chantier de nouveaux bâtiments industriels ont chuté. « Nous avons vu dans le sud-Mayenne un projet, pourtant en négociation avant le début du Covid-19, être reporté sine die. Le commanditaire a voulu « attendre de voir ce qu’il allait devenir ». »

Peu d’appels d’offres

Le constat est le même dans le Maine-et-Loire. Yannis Borjon-Piron, président départemental FFB, parle d’une « baisse notoire des investissements industriels. 2020 avait démarré sur des chapeaux de roues mais nous avons vu, avec la première phase du confinement, des reports ou des abandons ».

Les collectivités sont aussi dans le viseur des pros du bâtiment. Valérie Fréville, présidente de la FFB 44, souligne : « En temps normal, nous vivons toujours des creux lors des années d’élections. Plus particulièrement cette année, avec les élections municipales, les appels d’offres ne sont pas sortis. Non pas que les nouvelles équipes municipales mettent un frein. Mais il semble que nous n’ayons pas été entendus par les collectivités. »

Bâtiments énergivores à rénover

Même constat dans l’habitat neuf. Le secteur constate une baisse des autorisations à construire : il y a moins de confiance, et donc moins de projets. Sauf peut-être dans les principales villes, à Angers comme Nantes, où les chantiers dans le neuf continuent à progresser.

 

 Alors, faute d’appels d’offres et de nouveaux chantiers de bâtiments industriels, ou d’habitat, ce qui a permis aux entreprises du bâtiment de tenir, ce sont les chantiers d’entretien et de rénovation. « C’est ce qui se maintient le mieux », confirme Christophe Marchand. Yannis Borjon-Piron parle même d’une « activité fortement positive et des carnets de commandes jusqu’à huit à dix mois de travail. Des entreprises sont parfois même débordées. Les préoccupations sur l’environnement, la remise aux normes ou la rénovation des bâtiments énergivores tirent les entreprises vers le haut. » Un ballon d’oxygène en attendant le retour de la confiance et des investissements.

 

Ouest France 23 décembre 2020

 

Téléchargez ci-dessous l'article de Ouest France


Le 23 décembre 2020



Pour en savoir plus